Des papiers en tout genre ont pris possession de mon bureau. Et maintenant, ils revendiquent le droit de recouvrir également le plancher.

Ils sont en train de glisser tout doucement vers une autre pile qui est tout aussi précaire.

D’un œil attentif, je surveille ce mouvement de masse : est-ce les factures ou les idées qui exploreront en premier la surface inégale et jonchée d’embuches de mon plancher?

La compétition est féroce, au sol des cadres, des trépieds, des sacs et toutes sortes de bricoles occupent déjà une partie de l’espace.

Le risque est grand pour ces papiers qui rêvent de liberté et de grands espaces. Une déchiqueteuse occupe, occasionnellement, une partie de cette surface convoitée. En une bouchée, elle détruit tout sur son passage. Les lettres fondent, les mots se déchirent et le tout se retrouve en boule dans le fond d’un estomac ou encore cruellement abandonnée dans les coins de l’appartement. Baveux un moment, ces papiers fous deviennent sans intérêt.

Contrairement au Chat du café des artistes de Ferland, mes boules de papier ne resteront pas abandonnées, car les idées qu’ils contenaient auront déjà migré vers de nouvelles pages blanches confortablement cachées dans un cahier à l’abri de la déchiqueteuse baveuse à quatre pattes.

Toutefois, ces idées qui ont migré de feuilles volantes à mon cahier ont décidé de se cloner aussi dans une multitude de dossiers sur tous les disques durs de mon bureau. L’encre a tout bonnement coulé pour se transmuter en une série de code 0010101010.

Une autre révolution semble vouloir se manifester dans l’espace virtuel de mon écran. Subtilement l’invasion a commencé lors de la migration de différents ordinateurs vers un nouveau. Contrôlant le CMD C et le CMD V, ils se sont multipliés d’un dossier à un autre pour maintenant occuper chaque espace disponible.

Un événement marquant arrive à grands pas et il saura stopper cette révolution. J’ai confiance en lui, c’est sa spécialité de tout nettoyer, de nous faire croire que tout est possible, encore un peu.

Il apportera un mouvement de fraicheur, de nouvelles senteurs, une joie de vivre. Avec lui, je serai assez forte pour tuer dans l’œuf cette rébellion.

À l’aide de différentes armes, la chasse sera bonne pour bien remettre à sa place tous ces mots et idées qui fleuriront avec l’arrivée de cette saison bénie, le printemps. Et mes piles de papier accumulées durant l’hiver finiront par prendre le bord du chemin pour laisser la place à une nouvelle cellule dormante de la prochaine révolution du papier.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s