La traque…

La traque…

Je sens en moi le désir d’aller voir le territoire à la recherche des caribous.

Hier, une autre journée sous le soleil. Nous avons enfin un semblant d’été. Par contre, ça ne vient pas sans inconvénient : les moustiques. Pour ceux qui pensent un jour venir dans le Grand Nord, achetez pour une survie sans transfusion « Great outdoors » de Watkins. Disponible dans toutes les grandes surfaces.

Bref, pour faire changement, je suis allée me balader. Je suis sortie du village pour m’aventurer vers la toundra. Il y a tout de même un chemin. Je ne suis pas folle, je ne vais pas sortir des sentiers battus, comme ça. Personne ne sait quand je pars ou quand je reviens, donc si je me perds, personne ne va le savoir. Peut-être mes amis au Sud, mais ils vont penser, je crois dans un premier temps, à une coupure du service internet plutôt qu’à une disparition soudaine dans la toundra. Je vais avoir le temps de mourir et de perdre tout mon sang avant que quelqu’un me trouve. Je reste donc dans les espaces où une route est encore visible.

Je me suis rendue au lac, le premier le long de cette route. Car ce n’est pas ce qui manque des lacs dans le coin. Je regardais la nature s’épanouir sous le soleil, je marchais tranquillement en observant des souris des champs se chamailler. Quand tout à coup, en me relevant la tête, je vois devant moi un caribou. Surprise, car je n’en avais pas croisé près du village depuis le début de ma résidence. Ceux que j’avais vus étaient à plus de 2 h 30 de canot. Donc, il était là devant moi à me regarder l’air de dire que fais-tu là. Excitée comme une folle je prends mon appareil photo qui pendait à mon cou et je commence à faire des photos. Ce con il s’est mis à bouger et j’ai du le suivre. Je continuais à prendre des photos de lui, comme si le pape en personne était devant moi.

Toutefois, j’en ai oublié toutes mes notions de photographie, je ne pensais qu’à le suivre. Mon appareil était réglé comme toujours sur le mode manuel, j’en oubliais de changer ma vitesse d’obturation, ma mise au point et ainsi de suite. Une vraie gamine, devant ces cadeaux à Noël. Je le suis, je cours toujours avec mon appareil dans le cou. Il passe une butte, je le perds. Bon il faut dire que ça va plus vite que moi ces bêtes-là. Je me mets à regarder partout. Je le vois sur une colline devant moi. Je le regarde, il mange. Je suis en pâmoison. Je regarde au loin s’il n’y a pas de chasseur dans le coin, question de leur signifier la présence de la bête. Un VTT était en vue, je les fais s’arrêter et leur demande : « Vous êtes des chasseurs? Il y a un caribou juste là ». Un mec débarque et me dit : « Où ça? » le caribou était parti. Je croise un autre chasseur, je lui dis ma découverte comme si celle-ci valait de l’or. Il me regarde et me dit : « Il y a en beaucoup juste là derrière, je viens justement d’un tuer un. Je cherche ceux qui sont un peu plus en chair. » Ma découverte faisait tout simplement partie d’un lot…

Advertisements

2 réflexions sur “La traque…

  1. C’est quand même beau la toundra. Vois-tu des aurores boréales ou c’est pas le coin ni le moment ? Je connais l’effet précipitation de la photo, ça le fait à tous les français qui débarquent à Montréal et qui prennent les écureuils en photo !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s